Les fichiers 3D : La préparation

Publicités
Publicités

Vous l’aurez compris les fichiers 3D sont la base de la technologique. En effet, les imprimantes 3D révolutionnent la façon de concevoir des pièces ou ensembles mécaniques avec simplement des fichiers 3D. Fini les échanges de plans, les croquis à main levée pour décrire la pièce souhaitée. Aujourd’hui, les technologies 3D nécessitent uniquement (ou presque) un fichier 3D, dessiné ou téléchargé sur les plateformes listées ici.

Finalement, Quelle que soit l’option que vous choisirez, le schéma est toujours le même. Que l’idée et la conception du fichier 3D soient réalisées par un tiers et déposées sur une des plateformes ou bien que vous vous en occupiez, le schéma général est le suivant :

Schéma général de fonctionnement d’une préparation numérique

Le besoin est imaginé par l’utilisateur en fonction des contraintes, de l’encombrement et de la géométrie qu’il souhaite donner au système. En réalité, il n’y a pas vraiment de fichier à ce moment-là, uniquement une idée ou un croquis.

I. Les fichiers CAO (conception assistée par ordinateur)

Le fichier CAO lui est dessiné en fonction du besoin, le concepteur allie la maîtrise des logiciels CAO et des techniques de DfAM qui varient en fonction des procédés et matériaux utilisés. Ici les fichiers sont en 3D et peuvent avoir les formats suivants :

  • .part
  • .sldprt
  • .prt
  • .STEP

II. Les fichiers FAO (Fabrication assistée par ordinateur)

Une fois le fichier CAO définit, le concepteur utilise un logiciel de FAO spécifique à la fabrication additive afin de définir les orientations, le placement ainsi que les supports (si nécessaires) toujours en respectant les règles du DfAM. À ce niveau-là, les fichiers peuvent être au format suivant :

  • .stl
  • .amf
  • .obj

III. La création du programme

Enfin, l’utilisateur utilisera le même logiciel ou bien un logiciel différent afin d’assigner les paramètres de fabrication, trancher le résultat afin d’obtenir un programme d’impression composé de ces paramètres et de l’ensemble des couches 2D décrivant les trajectoires que les buses ou têtes d’impression devront suivre pour construire ces pièces. Ici, les formats peuvent être les suivants :

  • .gcode

Vous souhaitez ajouter quelque chose ? Contactez-nous !

Publicités